Apaiser et réconforter des enfants pris au piège dans des conflits armés ou victimes de violence : c’est le pari que tient avec succès Radio-Dodo. Coup de projecteur sur une antenne qui diffuse la paix, en cette Journée mondiale de la radio.

Alice, Rahaf et Francisca ont 10 ans. À partir d’un studio de Montréal, chacune anime une émission de radio qui voyage à travers le monde : la première en français, la seconde en arabe et la troisième en anglais. Elles sont les animatrices de la troisième saison de Radio-Dodo, une radio pas comme les autres.

Chaque dimanche soir, pendant une heure, elles parlent à des enfants de 4 à 10 ans qui se trouvent dans une zone de guerre ou qui sont victimes d’une autre forme de violence. Avec l’aide de collaborateurs et de chroniqueurs, les animatrices apportent à leurs jeunes auditeurs un peu de rêve et de douceur : des contes, des chroniques éducatives, de la musique.

Transmettre par la voie des ondes un peu de chaleur et de lumière

« L’idée est de les accompagner le soir au moment du dodo pour essayer de leur faire oublier leurs inquiétudes, l’atmosphère de violence, et si possible leur faire faire de beaux rêves », explique l’idéatrice et cofondatrice de Radio-Dodo, Brigitte Alepin, dans une entrevue à l’UNESCO.

Cette fiscaliste québécoise tient son patronyme du lieu d’origine de sa famille paternelle : la ville d’Alep, en Syrie. Cherchant à aider les victimes des conflits qui déchirent ce pays depuis 2011, elle constate la difficulté d’apporter une aide concrète à des gens pris au piège dans une zone de guerre. Mais une conversation avec un ami lui fait réaliser qu’il existe un moyen : la radio. Parce qu’il traverse les frontières, ce média est l’outil idéal pour donner un peu de réconfort aux enfants incapables de fuir la violence et la misère qui les entourent.

Une radio internationale qui apaise et qui réconforte

Brigitte Alepin réunit une équipe et crée, au Canada, une ONG entièrement neutre, sans visée politique ni religieuse, dans un seul but : aider les enfants coincés en zones de guerre et les réfugiés canadiens en leur offrant un moment de trêve avant la nuit.

Radio-Dodo naît en 2017. Dès ses débuts, l’organisme bénéficie du patronage de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

L’organisation peut aujourd’hui compter sur une solide équipe. Trois personnalités épaulent Brigitte Alepin au Conseil des gouverneurs : la juge internationale Louise Otis, la présidente fondatrice de La Gouvernance au Féminin Caroline Codsi, et l’ancien chef d’antenne de Radio-Canada Bernard Derome. Des auteurs, des journalistes, des comédiens et d’autres collaborateurs viennent régulièrement ajouter leur voix à l’émission.

Se faire entendre des enfants et aller à leur rencontre

Des partenariats avec des diffuseurs radio permettent à Radio-Dodo de se faire entendre de plus en plus largement. D’abord diffusées en Turquie et dans le nord de la Syrie, ses émissions sont maintenant en ondes au Mali et le seront bientôt au Cameroun.

De partout dans le monde, elles sont accessibles par Internet à www.radio-dodo.info. Elles sont également offertes sur Google Play, iTunes, SoundCloud, et seront bientôt distribuées par Spotify.

Cette diffusion internationale, Radio-Dodo l’accompagne de missions sur le terrain pour aller à la rencontre des enfants. Lors d’une première mission humanitaire, postes de radio et couvertures ont été distribués à de petits orphelins syriens réfugiés à Gaziantep, en Turquie.

En mars 2019, l’équipe de Radio-Dodo rendra visite aux enfants de la Nation Anishnabe du Lac Simon. En plus de leur distribuer des postes de radio, des lecteurs MP3 et des jouets, elle leur offrira une première expérience radiophonique en leur permettant de participer à une émission.

Radio-Dodo souhaite aussi venir en aide cette année aux enfants rohingyas réfugiés au Bangladesh.

L’impact de Radio-Dodo a déjà été reconnu par une Médaille de la paix que lui a décernée le YMCA.

Alors que le thème de Journée mondiale de la radio 2019 est « Dialogue, tolérance et paix », Radio-Dodo montre comment le média radio, simple et accessible à tous, permet d’apporter un peu de douceur aux victimes de violence et d’établir des ponts au-delà les frontières.

 

Source : CCUNESCO

Laissez-nous un message

Si vous avez des idées ou voulez contribuer au projet...

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?